Traditionnellement la vie sociale était axée autour de deux grands pôles : la famille au sens large et la religion. Lorsqu’on remonte dans le passé, on voit bien l’importance des réunions de famille et des visites à la parenté dans l’ensemble du tissu social de la paroisse. Les réunions de famille lors des fêtes par exemple étaient des activités de divertissements ressemblant étrangement à des activités de loisirs d’aujourd’hui. Avec le temps, les conditions ont changé. Les familles sont devenues moins nombreuses et plus dispersées. L’émancipation de la femme a amené  l’organisation des Fermières, le vieillissement de la population, la création des organismes de l’Âge d’or, on a commencé à penser à aider les jeunes par la fondation du Club Optimiste, etc. Le besoin de la vie en société s’est traduit par d’autres regroupements et activités.


Texte adapté de :
LÉVESQUE, ULRIC et collab. (1994). Saint-Philippe-de-Néri : 1870-1995, La Pocatière, Le Comité des Fêtes du 125e de Saint-Philippe-de-Néri, p. 207.

Vous pouvez consulter ce livre à la bibliothèque municipale ou encore vous procurer un exemplaire en communiquant avec le bureau de la Fabrique de Saint-Philippe.